lundi 1 juillet 2013

Histoire d'un conflit caché...

Un nouveau blog est né, 
dédié à l'information et la vérité 
sur l'orpaillage en Guyane

En préambule...

Mon intention initiale était de consacrer sur le blog "alawata-guyane" une page à l'orpaillage en Guyane. Mais devant la recrudescence dramatique de cette activité aux multiples impacts destructeurs sur environnement et les populations traditionnelles de Guyane, je me suis décidé a lui consacrer un espace spécialisé où les lecteurs trouveront une compilation de documents commentés d'articles consacrés et d'analyses réalisées.

Si vous souhaitez en savoir plus ou participer à l'information, rendez-vous sur ce nouveau blog.
En vous remercient de votre collaboration et soutien
Erwan Castel

Publié le 30 juin 2013 sur le lien: Alawata-orpaillage

"Vitam impendere vero"

Un conflit meurtrier, 
caché par la forêt amazonienne et la jungle politique...

L'activité minière aurifère, déclarée ou illégale, est présente en Guyane Française depuis 1855, et tel un serpent de mer, elle resurgit tout au long de l'Histoire de ce territoire couvert à 90% par la forêt amazonienne...

Depuis 10 ans, favorisé par la mécanisation, le prix élevé de l'or, et l'immensité du territoire "l'orpaillage" s'est développé en Guyane, jusqu'à devenir un problème majeur pour l'environnement, et la sécurité des populations vivant en milieu isolé. 

Les mesures prises par l'Etat se révèlent souvent insuffisantes, les procédures législatives et tactiques imposées peu dissuasives, et les "garimpeiros" (nom donné au chercheur d'or brésilien) sont aujourd'hui plusieurs milliers a piller la forêt. 
De plus, ces clandestins évoluent dans leur organisation et leur mentalité, et ils n'ont ni scrupules ni contraintes, organisant en forêt un réseau délétère de mines, villages, et voies logistiques où la violence est chaque jour plus importante et meurtrière...

Aujourd'hui le "jeu du chat et de la souris" entre forces de l'ordre et clandestins est terminé, l'évolution des enjeux et des menaces amène à une radicalisation des comportements et  depuis plusieurs mois, l'affrontement est devenu direct et meurtrier....

Il y a tout juste 1 an,  l'adjudant Moralia et le caporal chef Pisot tombaient dans une embuscade à Dorlin, en plein coeur d'un département français ! Avant eux, nos forces armées avaient déjà perdus des gendarmes, tués ou grièvement blessé par balles, et essuyés souvent des tirs lors d'opérations menées en forêt. Et je ne compte pas ici la liste interminable des clandestins tués, blessés ou disparus...

Mais je m'interroge...

Car à l'heure où la France intervient en Afghanistan, en Libye, au Mali... affrontant avec vigueur des groupes puissamment armés,  ici en Guyane, depuis plus de 10 ans, elle retient ses coups légitimes, préférant sacrifier un environnement et des populations. 
Il est vrai que les villages de Guyane qui ne pèsent pas lourds devant les intérêts économiques, ou géostratégiques que la France ambitionne dans cette région d'Amérique du Sud. 

Dans ce blog je veux rassembler des analyses, des documents et des témoignages permettant de mieux connaître et essayer de comprendre cette guerre de basse intensité qui laisse des sillons ensanglantés au cœur d'une des dernières forêts tropicales de la planète  dont nous sommes les gestionnaires devant nos enfants... 


Erwan Castel, Cayenne le 30 juin 2013

"Vitam Impendere Vero"
Juvenal (poète et philosophe romain du 1er siècle) 


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter cette règle.