vendredi 2 août 2013

2 août, "J'ai un rendez vous avec la Mort"

"Français par le sang versé !"


Tout d'abord un grand Merci à Lionel Gendron de m'avoir fait découvrir ce poème émouvant sur le groupe "Mémoire" (Facebook) dédié au devoir aux Hommes tombés au Champ d'Honneur pour défendre nos libertés.

Il y a 99 ans l'Europe par le jeux des alliances, sombrait dans la guerre fratricide la plus meurtrière qui allait sacrifier sa jeunesse pendant  plusieurs années dans "le bruit et la  fureur" des combats... 
- le 28 juin : assassinat de l'archiduc d'Autriche Hongrie, François Ferdinand (voir l'article publié ici : Le feu aux poudres )
- le 28 juillet : L'Autriche Hongrie déclare la guerre à la Serbie
- le 29 juillet : La Russie alliée de la Serbie ordonne la mobilisation générale
- le 1er août : L'Allemagne alliée de l'Autriche Hongrie ordonne la mobilisation générale 

- Le 2 août : La France alliée de la Russie, ordonne la mobilisation générale, à 16 h 00 .
A Joncherey, le caporal Jules-André Peugeot, du 44ème régiment d'infanterie, est mortellement blessé par une patrouille allemande. Trouvant la force de riposter, il riposte et tue le sous-lieutenant allemand Camille Mayer. Ce sont les deux premiers morts de la Grande Guerre.

- Le 3 août : La guerre est déclarée et rapidement le conflit devient mondial (Grande Bretagne, Japon, Etats Unis etc... suivront) ouvrant quatre années d'épouvantable tragédie (qui va se prolonger bien  jusqu'en 1923, dans certains pays)

Le bilan est monstrueux : plus de 18 millions de morts civils et militaires, 21 millions de blessés. La France qui est le coeur des théâtres des opérations va payer un des plus lourds tributs (après le Russie) : 1 397 800 soldats, 300 000 civils, 4 266 000 blessés des villes et des régions détruites....

La Légion Étrangère va engager aux plus forts des combats 42 883 volontaires (52 nationalités), regroupés dans 5 Régiments de marche. Plus de 6000 ne sortiront pas de la fange rougie des tranchées. Parmi eux, un jeune poète américain Alan Seeger (né à New York en 1888) résidant à Paris où il travaille décide de se battre aux côtés du pays qui l'a accueilli et s'engage dès le 24 août 1914 dans les rangs de la Légion Étrangère (2ème Régiment de marche du 2ème Etranger)
Les pertes subies par les unités de la Légion engagées au coeur des plus violents combats sont effroyables, les effectifs de Régiments sans cesse reconstitués fondent comme neige au soleil. Le 11 novembre 1915, Le Régiment de Marche de la Légion Étrangère (RMLE) est créé,  fusion de 2 régiments meurtris (2e de marche du 1er Etranger avec le 2e de marche du 2ème Etranger) et en juillet 1916, Alan Seeger se retrouve ainsi engagé dans la Somme dans une offensive d'envergure destinée à soulager le front de Verdun.

Sur un front d'à peine 45 km de long la fournaise des combats défie celle du Soleil dans ces premiers jours de juillet 1916, et la terre crayeuse de Picardie rougit du sang des soldats alliés fauchés par la mitraille (plus de 20 000 morts et 40 000 blessés au cours de la 1ère journée de combat)

Malgré l'hécatombe, les unités françaises, Légion en tête, avancent pas à pas perçant le front de plus de 10 km obligeant l'Etat Major allemand à dégarnir le secteur de Verdun de 35 de ses divisions. Le sort de la guerre bascule dans le camps des alliés, au prix de sacrifices héroïques. 

Le 4 août 1916, jour de la fête nationale américain, Alan Seeger tombe devant Belloy en Santerre en Picardie. Ces restes sont inhumés au cimetière militaire de Lihons. Il a été décoré à titre posthume de la Médaille militaire ainsi que de la Croix de Guerre 1914-1918 avec palme.
"Jeune légionnaire, enthousiaste et énergique, aimant passionnément la France. Engagé volontaire au début des hostilités, a fait preuve au cours de la campagne d'un entrain et d'un courage admirables. Glorieusement tombé le 4 juillet 1916." (Citation à l'ordre du jour de la Division du Maroc, 25 décembre 1916.)

Alan Seeger avant de tomber au Champ d'Honneur avait écrit ce poème prémonitoire et qui illustre magnifiquement l'engagement et le sacrifice de ces soldats "devenus fils de France non par le sang reçu mais par le sang versé"

"I Have a Rendezvous with Death"                           "J'ai un rendez-vous avec la Mort"

I have a rendezvous with Death                                                          J'ai un rendez-vous avec la Mort                 
At some disputed barricade,                                                               Sur quelque barricade âprement disputée,
When Spring comes back with rustling shade                                   Quand le printemps revient avec son ombre frémissante
And apple-blossoms fill the air—                                                         Et quand l'air est rempli des fleurs du pommier.
I have a rendezvous with Death                                                          J'ai un rendez-vous avec la Mort
When Spring brings back blue days and fair.                                     Quand le printemps ramène les beaux jours bleus.

It may be he shall take my hand                                                          Il se peut qu´elle prenne ma main
And lead me into his dark land                                                            Et me conduise dans son pays ténébreux
And close my eyes and quench my breath—                                     Et ferme mes yeux et éteigne mon souffle.
It may be I shall pass him still.                                                            Il se peut qu´elle passe encore sans m´atteindre.
I have a rendezvous with Death                                                         J´ai un rendez-vous avec la Mort
On some scarred slope of battered hill,                                             Sur quelque pente d´une colline battue par les balles
When Spring comes round again this year                                       Quand le printemps reparaît cette année
And the first meadow-flowers appear.                                               Et qu´apparaissent les prenières fleurs des prairies.

God knows 'twere better to be deep                                                  Dieu sait qu'il vaudrait mieux être au profond
Pillowed in silk and scented down,                                                    Des oreillers de soie et de duvet parfumé
Where love throbs out in blissful sleep,                                             Où l'amour palpite dans le plus délicieux sommeil,
Pulse nigh to pulse, and breath to breath,                                         Pouls contre pouls et souffle contre souffle,
Where hushed awakenings are dear...                                             Où les réveils apaisés sont doux.
But I've a rendezvous with Death                                                      Mais j'ai un rendez-vous avec la Mort
At midnight in some flaming town,                                                     A minuit, dans quelque ville en flammes,
When Spring trips north again this year,                                           Quand le printemps reviens vers le nord cette année
And I to my pledged word am true,                                                    Et je suis fidèle à ma parole,
I shall not fail that rendezvous.                                                          Je ne manquerai pas ce rendez-vous.

__________________________

POUR NE PAS OUBLIER LEUR SACRIFICE

Documentaire (100') "Le bruit et la fureur"

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter cette règle.