vendredi 2 août 2013

Le renouveau cosaque

"Patiente, cosaque, tu deviendras hetman"   Proverbe russe *

"Viens, mon coursier, noble ami du Cosaque, vole au signal des trompettes du Nord." [Béranger, Chant du Cosaque.]

Les cosaques dont la présence est attestée dès le XI°siècle sur les anciens territoires mongols, sont avant tout des Hommes libres («kazak» en russe est très probablement un dérivé du turco-mongol «qazaq»: homme libre) façonnés par leur territoire d'origine, la grande steppe orientale bordant la Russie, ces aventuriers, vagabonds, forbans ou mercenaires sont d'abord des cavaliers qui côtoient l'infini de leurs espaces et de leurs origines et fondent des communautés de guerriers nomades fondant une culture et un état d'esprit à partir d'un mode de vie commun. 
Plus tard, slavisés, les cosaques intégrés à l'empire, vont constituer une corps d'élite des armées tsaristes gardiens des valeurs et sentinelles des des frontières, ils vont étendre leurs communautés dans tout l'Empire, jusqu'en Pologne.
Quand la Révolution Bolchevique éclate, les cosaques marquent leur attachement à la liberté, et recherchent leur indépendance en fondant l'"Union des camps cosaques". Mais très vite les déchirures nationales vont opposer les cosaques rouges aux cosaques blancs et les guerriers centaures sont anéantis par le communisme.

Un siècle plus tard, après la chute du mur et la disparition de l'URSS, le mouvement cosaque entame une résurgence, folklorique mais aussi culturelle, symbolique et politique. Des "stanitsa" renaissent sur les rives du Don, berceau historique de cette caste de guerriers dont le souvenir offre à la jeune Russie menée par Poutine des valeurs traditionnelles et patriotiques. 
En 2005, un régiment cosaque est recréé sur ordre du Président qui s'attache 2 escadrons d'élite comme garde personnelle. Les cosaques dont le souvenir (certes folklorisé) inspire le respect et la nostalgie, deviennent aujourd'hui un symbole fort dans l'imaginaire collectif et pour le pouvoir en quête d'une identité et d'une union nationale réconciliant les minorités multiples autour de l'idéal eurasiste du "vivre ensemble", à l'image de ces cosaqueries qui par le passé inventèrent une nouvelle éthique codifiée à partir des diverses tribus turco-asiatiques de la grande steppe...

Certes la récupération politique est flagrante, et la filiation entre les cosaques du passé et ceux du présent peut-être parfois contestable... Mais peu importe, car l'essentiel est l'union sacrée autour de symboles et d'exemples forts et héroïques qui élèvent la nation vers la grandeur de chacun de ses membres.

* Note : L'Hetmanat cosaque (ukrainien : Гетьма́нщина) est l'organisation territoriale, politique, militaire et sociale des Cosaques ukrainiens de 1648 à 1782. L'Hetmanat cosaque était dirigé par un hetman et une assemblée des Cosaques appelée Rada.

Pour en savoir plus sur les cosaques, le lien ici : Cosaques 
Sur le site Thétrum Belli, les liens ici : Cosaque 1/2 et Cosaques 2/2


Когда мы были на войне 
Lorsque nous étions à la guerre
"Lorsque nous étions en guerre" 
chanté par le chœur des cosaques de Kuban



Lorsque nous étions à la guerre
Lorsque nous étions à la guerre
Là-bas, chacun pensait
A sa femme ou à son aimée.

Et moi aussi, j’aurai pu y penser,
Et moi aussi, j’aurai pu y penser,
Lorsque ma bouffarde, je regardai,
Et sa petite fumée bleutée.

Comme, il fut un temps, tu me mentais,
Comme, il fut un temps, tu me mentais,
Comme ton cœur si léger,
A un autre ami, tu as donné.

Mais, à personne, je ne pensai,
Mais, à personne, je ne pensai,
Ma bouffarde, je ne faisais que fumer,
Avec son tabac turc plein d’âcreté.

Lorsque nous serons à la guerre,
Lorsque nous serons à la guerre,
A la rencontre des balles, je m’envolerai,
Sur un jeune coursier.

Je ne fais qu’attendre la balle fidèle,
Je ne fais qu’attendre la balle fidèle,
Celle qui, ma tristesse, apaisera,
Et, ma colère, abattra.


Les Cosaques ont une très riche tradition de musique vocale. Leurs chants intègrent des éléments mélodiques d'origine Russe, Ukrainienne, Circassienne et des autres groupes ethniques qui ont contribués а la création des communautés guerrières cosaques . Il n'est pas exagéré de dire que les chants Cosaques sont un des éléments fédérateurs de leur identité.

Cette chanson qui est souvent présentée comme une chanson populaire, est en fait, un poème de David Samoïlov mis en musique par Victor Stolïarov.

Voir aussi l'article du 27 juin 2013, le lien ici : Quand les guerriers dansent

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter cette règle.