vendredi 3 janvier 2014

Bonne année de la quenelle !

2014, L’ANNÉE DE LA QUENELLE ?




Avec "l'affaire Dieudonné" Manuel Valls, semble vouloir transformer dangereusement le ministère de l'Intérieur en ministère de la Morale ! 

Je suis loin d'apprécier toutes les incartades provocatrices et parfois de mauvais goût de M'bala M'bala Dieudonné, mais force est de constater qu'il représente une expression traditionnelle d'un contre pouvoir, qui depuis les satires antiques en passant par les bouffons du Moyen Age brocarde les princes et leurs excès...

Sans replonger dans la fange du pugilat médiatique, où Dieudonné offre soit dit en passant, au gouvernement un bel écran de fumée consensuel, je relèverai ici une radicalisation de la dictature de la pensée unique, qui veut manipuler les pouvoirs judiciaires et médiatiques pour diaboliser un trublion dont l'importance des paroles n'existe aujourd'hui qu'en réaction provocatrice  aux condamnations disproportionnées dont elles font l'objet...

Car enfin, Dieudonné n'a tué personne ! il dérange... et c'est peut-être même son rôle,  comme Desproges Coluche, Bedos, Hara-kiri... et si certains sketchs méritent peut-être une réprobation morale, ils ne justifient certainement pas le délire hystérique et violent dirigé contre leur auteur.

L'article 10 de notre constitution est clair : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » Arno Klarsfeld, l'avocat franco-israélien des salons parisiens, le connait bien cet article puisque pour justifier une condamnation éventuelle, il vient d'appeler ses militants à menacer l'ordre public en commettant des actes violents à chaque spectacle de l'humoriste ! La dictature idéologique passe à l'acte ...

Deux questions cependant :

PRIMO, QUI SONT CES "QUENELLEURS" ?

Des fachos, des réacs, des parias, des paumés. ?... il y a en a aussi certainement, mais je pense que ce sont avant tout des vrais "indignés" qui en ont marre d'être les galériens d'un système qui n'est plus qu'un bateau ivre les menant vers le gouffre... L'Homme a toujours eu besoin de symbole fédérateur et ici la "quenelle" (par défaut) est en train d'en devenir un. La mauvaise foi évidente et la violence délirante de sa condamnation ("salut nazi inversé...") ne feront qu'amplifier son adoption par les citoyens qui veulent exprimer leur mécontentement, peu soucieux d'ailleurs,  d'en connaître la paternité ou l'origine, comme pour l'universel "bras d'honneur"

La réaction inquisitoriale du gouvernement est affligeante car elle va obtenir l'effet inverse, car l'anathème moral exagéré, comme la prohibition, attire plus qu'il ne repousse.

SECUNDO, POURQUOI CETTE DIABOLISATION ?

Depuis plusieurs années, la confrontation équitable n'existe plus, tant sur le plan géopolitique, politique, militaire etc... car l'ennemi a disparu de notre horizon pour être remplacé par des manifestations incarnées du Mal absolu... définition du monde soumise à une vision bipolaire et manichéenne trempée dans l'intolérance dogmatique judéo chrétienne.

Car n'être pas dans les limites (de plus en plus étroites) du prêt à penser universel, c'est être raciste, nazi, homophobe, antisémite... que sais-je encore ... Du coup cette diabolisation hallucinante a pour conséquence, outre la criminalisation des dissidents, d'empêcher toute forme de débats et de dialogue, ni même d'étude ou d'enquête... Le système s'enferme lui-même dans sa propre intolérance idéologique et se condamne à l'utilisation de la violence... 
On l'a vu récemment en Syrie où la position dogmatique et manichéenne des occidentaux les a empêché en 2012 d'envisager une quelconque solution diplomatique avec Assad (on ne peut négocier avec le Diable) mais également de dénoncer la barbarie et les massacres des rebelles djihadistes, nouveaux croisés de la sainte religion de Droits de l'Homme. Il a fallu l'intervention diplomatique équitable de Poutine pour qu'une sortie de crise puisse se réaliser sans que les occidentaux perdent la face !

Je pense que la diabolisation qui s'exprime aujourd'hui à tous les niveaux de notre société n'est pas l'expression du fort capable de vouer aux gémonies un adversaire mortel, mais l'aveu du faible incapable de débattre et défendre un positionnement idéologique inepte autrement que par un totalitarisme d'une pensée dogmatique et diabolisatrice.

Alors les Tartuffes du Pouvoir, impuissants devant la Vérité, sortent le carton rouge de Nuremberg comme un joker, tandis que les Torquemadas des médias, dressent les bûchers iniques de l'opprobre mémorielle.

Voilà pourquoi je soutiens aujourd'hui Dieudonné, car "si je ne suis pas d'accord avec ses idées, je me battrai jusqu’au bout pour qu'il puisse les dire." (Evelyn Beatrice Hall, attribué à Voltaire)

Deux regrets cependant concernant la "quenelle" la vulgarité de sa symbolique d'une part et son exploitation commerciale (ou sa tentation) d'autre part.

En guise de (longue) conclusion, je vous laisse pour ce début d'année, cette analyse pertinente et piquante qu'Alain de Benoist a signé sur le sujet en 1994, et que je publie sur le nouveau blog dédié à ce philosophe et politologue exceptionnel...

Bien à vous  et recevez mes meilleurs voeux de liberté pour cette nouvelle année de combat !
                                                  
Erwan Castel, Cayenne le 2 janvier 2014




        L'article d'Alain de Benoist 

        le lien ici:  La "reductio ad hitlerum"




Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter cette règle.