dimanche 5 janvier 2014

Le dernier matin du monde

"Lugubre sera le matin, où nous nous réveillerons et où les léopards ne seront plus là, où des bandes de moineaux ne bavarderont plus dans les platanes, où le matou solitaire ne rentrera plus de ses aventures nocturnes, où les rouges gorges ne lanceront plus leur cri de défi en direction des buissons au-delà de la pelouse, où il n’y aura plus d’alouettes dans le ciel, ni de lapins dans les fourrés, où les faucons cesseront de tourner en rond, et où les rochers ne résonneront plus du cri des mouettes, où la diversité des espèces n’éclairera plus l’aurore, et où la diversité des hommes aura disparu. Si tel est le matin qui nous attend, plaise à Dieu que je meure dans mon sommeil !

Et pourtant, tel est le matin que, sciemment ou non, nous préparons, vous, moi, capitalistes, socialistes, blancs jaunes ou noirs. C’est le matin que les professeurs et les policiers réclament, que les philosophes ont exalté depuis deux siècles, le matin de l’uniformité, du réflexe conditionné, du meilleur des mondes, de l’ordre absolu, de la réalité égalitaire, de la grisaille, de la réaction uniforme à un stimulus uniforme, le matin où une cloche qui tintera fera prendre aux moutons le chemin du pâturage. 

C'est aussi le matin pour la venue duquel nous prions dans nos organisations industrielles, dans nos fermes collectives, dans nos conciles ecclésiastiques, dans nos systèmes de gouvernement, dans nos rapports entre Etats, dans nos nobles demandes d'un gouvernement mondial.

C'est le matin auquel nous aspirons lorsque nous formulons la prière d'être un jour toujours les mêmes. C'est le matin contre la venue duquel, qu'ils le sachent ou non, les jeunes élèvent leur protestation. Et c'est un matin, il faut l'espérer qui ne viendra jamais" 

                                                                      Robert Ardrey "La loi naturelle" (cité dans "Les idées à l'endroit" d'Alain de Benoist)



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter cette règle.