lundi 24 février 2014

Une déesse de l'Amour et de la Guerre...


Dans la vision de monde transmise par la Tradition les pulsions contraires, Éros et Thanatos s'affirment en réalité complémentaires et même harmonieuses. Et le territoire est alors organisé aussi bien autour de la fertilité de la terre, sauvage ou domestiquée et de celle de la communauté, mais aussi autour de la protection du sanctuaire éventuellement agrandi par des conquêtes ultérieures vitales.

Il s'agit, pour survivre et avancer dans l'Histoire, de faire l'amour ET la guerre...

Les société traditionnelles trifonctionnelles anciennes avaient élaboré un panthéon complexe protéiforme, mais dont le symbolisme commun exprimait une sagesse et une vision du monde respectant l'Ordre naturel de la vie et de la mort.

Ainsi, les divinités féminines primordiales de cette sagesse païenne naturelle, étaient à la fois déesses de fertilité et de la guerre, et protégeaient les communautés et leur "matrie"...

Que ce soit Ishtar la babylonienne, Athéna la grecque, Anahita la perse, Kali l'hindoue, Cybèle la phrygienne, Innnana la sumérienne, Skalmolkis la gète, Astarté la phénicienne, Minerve la romaine, Morrigan la celte, Madbh la gaëlique ou Coatlicue l'aztèque pour ne citer que ces quelques exemples, ces déesses supérieures et tutélaires nous rappellent à chaque instant la danse éternelle de la vie et de la mort qui nous entraîne dans son tourbillon.

Mais j'avoue pour ma part, avoir une attirance particulière pour Freyja, la nordique, déesse de l'amour et de la guerre, libératrice de la danse, aimant la musique...et les chats.


"Freyja est la plus belle des Asines;
Elle possède dans le ciel le palais de Folkvang,
Et lorsqu'elle se rend à cheval sur le champ de bataille,
Une moitié des hommes tués lui appartient; l'autre est à Odhin."



La déesse Freyja tient une place à part dans la famille divine des Vanes : fille de Njôrd, le dieu de la Mer, des Vents et du Feu et de sa sœur Nerthus, déesse de la fertilité, elle est comme toute  les Déesses Mères à la fois Chthonienne, Océanienne et Ouranienne.

Elle est "la Dame" par excellence, et son nom, racine des noms germaniques "frî" puis "frau" (femme) est a rattaché également au verbe "frja" (aimer, poursuivre) ou au vieux français "frayer" (se frayer un chemin parmi une troupe ennemie, et son adaptation dans le domaine galant). Mais elle porte plusieurs autres noms selon ses foncions et représentations à travers lesquelles, la première des valkyrie incarne toujours le principe féminin de la beauté de l'amour et de la guerre. En cela, Freyja est une dise (divinité tutélaire) primordiale, déclinaison de la Terre Mère proche du foyer et très populaire, aussi l'appelle t-on souvent Vanadise (belle déesse)...

Selon  l'islandais Snorri Sturluson, (1179-1241) principal auteur scandinave du Moyen Âge, Freyja était la dernière déesse encore vivante, attestant par là une survivance du culte dédiée à celle appelée Gefn (la donatrice) dipensatrice de la vie et de la mort...

L'origine de Freyja est mal connue, les témoignages rapportés étant principalement chrétiens et méprisants. Aujourd'hui, Régis Boyer, auteur de nombreux travaux sur les vikings et les traditions nordiques associe par ses fonctions guerrières, Freyja à Odhin comme les divinités les plus proches du monde indo-européen, tandis que Renaud-Krantz, auteur de l' " Anthologie de la poésie nordique ancienne, des origines à la fin du Moyen Age" avance l'hypothèse qu'il pourrait s'agir d'une divinité d'origine pré-indo-européenne, appartenant à la race originelle des Vanes qui sont des dieux de la Fertilité et de la Fécondité, elle aurait acquis les aspects d'une divinité indo-européenne par son rôle de déesse de la guerre et de la mort. (1)

Freyja d'après Bloomer National Museum, Stockholm
Quoiqu'il en soit, l'ensemble des auteurs reconnaissent son importance dans le panthéon nordique, et le rôle qu'elle joue au sein de la troisième fonction définie par Dumézil (production-fécondité). A ce titre, Freyja, déesse lunaire représentative des cycles de la nature, est aussi appelée Hörn (la cornue). Elle est représentée accompagnée de ses animaux favoris, le cygne, l'oie, le faucon, le sanglier... quant à son char, il est tiré par deux chats énormes (vraisemblablement des skogcats, chats des forêts norvégiennes) ) nommés Bygull et Tregull et symbolisant la Tendresse et l'Amour maternel. 
De plus Freyja ne peut-être dissociée de son frère jumeau Freyr, divinité masculine de la fertilité, appelé Ingvi, le dieu du Soleil et de la Pluie. Ils sont inséparables dans la représentation du concept de fécondité.

Si son royaume matricien est le monde chthonien d'Alfheimr, le royaume des elfes noirs, elle dispose par sa fonction guerrière, d'un palais céleste : le Folkvang, la "plaine du peuple" ou "plaine des troupes" où elle accueille en tant que Valfreyja (maîtresse des élus / tués) la moitié des guerriers morts au combat (l'autre moité avec Odhin Valfaðir, le père des tués) . Par ailleurs en tant que Vane elle est aussi divinité de l'eau (en opposition au Ases qui sont à l'air et au feu.) , et quand elle se baigne dans les lacs et les étangs, elle est Mardöll, (la brillante comme la mer) 

Freyja la Syr chevauchant Gullinbursti
Mais le domaine privilégié de Freyja est aussi la forêt qu'elle partage avec son frère Freyr, Ingvi le Roi des Cerfs qui vit chez les elfes blancs (ce qui nous fait songer au Cernunnos celte, la divinité de la fécondation) Alors que son frère chevauche "le verrat aux soies dorées Gullinbursti", Freyja la Syr (la Grande Laie), quant a elle, dispose de Hildisvin le "sanglier cuirassé" comme monture (ce qui nous rappelle la représentation de la déesse Arduina des forêts du Rhin et de la Meuse)
C'est dans ses forêts et ses champs que Frejya se déplace habillée de son manteau de plumes Valshamr ("peau de faucon"), qui lui permet de voler et orné du collier des Brísingar, qui lui permet de séduire ses amants et  vaincre ses adversaires. Elle est prêtresse sacrifiante, et en tant que "Maîtresse du Sejdhr", elle enseigne la magie, bien que décriée les Ases, à Odhin qui devient le seul Ase à la pratiquer. (2)

Un aspect anecdotique de la vie de Freyja est l'absence de son mari Odhr, logique dans le cadre de la troisième fonction prioritaire. Ce "détail" pourrait rester anodin si il n'y avait aussi la présence de Frigg, la déesse scandinave du mariage et de la maternité, reconnue par les germains et épouse de Odhin (Wotan pour les germains). 
La similitude des représentations, jusque dans les patronymes, laisse à penser que le couple Freyja-Odhr, ce dernier s’effaçant devant son épouse, pourrait tre une hypostase du couple Odhin-Frigg, cette dernière s'effaçant quant à elle devant son époux....
Un mystère mais dont la complexité révèle à travers les hiérarchies et les subordinations du panthéon nordique le souci d'un équilibre et la recherche d'une harmonie globale permanente.

Selon certains, Freyja semble avoir joué un rôle central dans la première guerre de l'Univers qui opposa les Ases et les Vanes lors de l'Âge d'Or, à travers une de ses hypostases, la sorcière Gullveig ("L'ivresse de l'Or") que les Ases tentent en vain de détruire.... la guerre, qui dénonce l'avidité de l'Homme,  n'ayant ni vainqueur ni vaincu, se conclut par un traité de paix à l'issue duquel Freyja devient prêtresse chez les Ases.(3)

Les aventures évocatrices et les représentations symboliques de la Vanadise sont trop nombreuses pour être évoquées ici, (et j'en suis incapable) d'autant plus qu'elle survit à la christianisation de l'Europe, poursuivant sa mission protectrice protéiforme, sous les traits de héros légendaires ou personnages de contes populaires, telle la "Frau Holle", des traditions littéraires comme celle des "Minnesinger", ou poursuit sa chevauchée fantastique dans notre imaginaire, grâce aux interprétations lyrique de sa mythologie, comme avec "L'Anneau du Nibelung" de Richard Wagner par exemple.

Freyja, première des valkyrie - illustration de Pablo Fernandez
Il est important, dans le chaos de la postmodernité où nous nous trouvons de retrouver des repères et ce rapport incarné permettant à la vie et la mort de continuer leur danse créatrice dans le respect d'un ordre naturel et de sanctuaires respectés. Les dieux anciens savaient aimer l'Homme mais aussi le punir de ses folies prométhéennes... Freyja est ce repère sacré qui troue notre obscurité et éclaire le chemin vers l'harmonie, d'un feu ancien qui ne peut s'éteindre...

Voilà pourquoi mon coeur se tourne intuitivement et passionnément vers cette déesse qui aime la vie, les héros... et les chats !

Erwan Castel, Cayenne le 24 février 2014.


"Je suis venu ici pour rendre hommage à Freyja, 
pour parler de mon désir pour son beau corps, 
et ma gourmandise pour sa puissante forces seidr. 
Avec ces mots je souhaite de tout mon cœur 
qu'elle vienne à moi et reste avec moi 
dans mon corps et mon âme ". 

Invocation ancienne citée par Edred Thorsonn ("Les neuf portes de Midgard")



Chant final du film islandais Fjallabraedur-Freyja


J'ai voulu terminer ce petit article sur Freyja par cet émouvant chant choral exécuté au milieu des paysages mythiques de l'Islande. Si la nostalgie de l'évocation est puissante ce chant n'en demeure pas moins une magnifique prise de conscience et des semailles d'espérance dans nos coeurs orphelins...


"Pardonnez moi ma très chère Freyja...
J'ai vendu les poissons de la mer et mon principal salut,
les prairies, les montagnes et vos lacs 
et pourquoi? ...
Je n'ai pas entendu votre chanson et votre magie
J'ai fait une erreur, oui, j'ai honte..."
video

NOTES

(1) Archives Euro-synergies 12 mai 2010 le lien ici : Les déesses du panthéon scandinave
(2) Sur Wikipédia (voir aussi les autres articles sur la mythologie scandinave) le lien ici :Freyja
(3) L'imagination au pouvoir 9 janvier 2013 le lien ici : Freyja, senora de la magia

POUR MIEUX MIEUX CONNAÎTRE FREYJA

- Racines et traditions en pays d'Europe Le lien ici : Freyja et Frigg
- Kevin Crossley-Holland, Les mythes nordiques (Penguin)
- Les traditions d'Europe, présentées par Alain de Benoist (Le labyrinthe)
- La Grande déesse du Nord, Régis Boyer (Berg international)

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter cette règle.