mardi 18 mars 2014

17 mars, Désormais adressez vous au soleil levant !

« Voici la morale parfaite : 
vivre chaque jour comme si c’était le dernier ; 
Ne pas s’agiter, ne pas sommeiller, ne pas faire semblant.  »

Marc Aurèle, "Pensées pour moi-même"


L'héritage de Marc Aurèle, le lien ici : Pensées pour moi-même


La mort de l'empereur Marc Aurèle par Eugène Delacroix - 1844


Le 17 mars 180, l'empereur Marcus Annius Verus meurt à 59 ans, vraisemblablement du typhus, au camp de Vindobona (actuellement Vienne en Autiche) à l'issue d'une longue guerre de pacification de la Germanie. Sur son lit de camp, l'empereur mourant, répond au tribu venu quérir des ordres ces dernières paroles : "Désormais adressez vous au soleil levant !"

"Qu'est-ce que mourir ? Si l'on envisage la mort en elle-même, et si, divisant sa notion, on en écarte les fantômes dont elle s'est revêtue, il ne restera plus autre chose à penser, sinon qu'elle est une action naturelle." (Marc Aurèle  "Pensées pour moi-même")


LE PHILOSOPHE

Celui que la mémoire des Hommes retient sous le nom de Marc Aurèle, est entré dans l'Histoire comme l'un des grands bâtisseurs et défenseurs de l'Empire romain, mais surtout comme l'un des derniers grands philosophes stoïciens de l'Antiquité, nous léguant avec ses "Pensées pour moi même" une perle de sagesse éternelle.

Né en 121, le jeune Marc Aurèle reçoit une éducation complète, à base d'exercices physiques et d'études dispensés au collège des saliens, où l'empereur Hadrien l'avait fait entrer.

La philosophie l'attire et il devient l'élève de Fronton pour la rhétorique et de Diognète pour l'Art. Son adhésion au stoïcisme immédiate et passionnée va imprégner sa pensée pendant toute sa vie. Rapidement des fonctions importantes lui sont confiées. A la mort d'Hadrien il intègre l'entourage de l'empereur Antonin dont il épouse la fille. 

Sa pensée est basée sur l'unité de l'univers, dont l'interdépendance de toutes les choses en fait une entité à part entière et dont l'homme n'est qu'un partie intégrée, soumise à un ordre naturel supérieur dont la société doit en être un reflet.

"Pour moi, ayant jugé que la nature du bien est le beau, que celle du mal est le laid, est que la nature du coupable lui-même est d'être mon parent, non par la communauté de sang ou d'une même semence, mais par celle de l'intelligence et d'une même parcelle de divinité, je ne puis éprouver du dommage de la part d'aucun d'eux, car aucun d'eux ne peut me couvrir de laideur." (Marc Aurèle  "Pensées pour moi-même")


L'EMPEREUR

Mais l'Histoire de l'Empire va appeler Marc Aurèle à d'autres activités que la méditation. Car, si sous les règnes d'Hadrien et Antonin, la "Pax Romana" avait été consolidée, lorsque Marc Aurèle accède au pouvoir le 7 mars 161, la guerre menace à nouveau sur tous les fronts. 

Statue équestre de Marc Aurèle (Musée du Capitole, Rome), dédiée en 176 à l'occasion du triomphe sur les Germains et les Sarmates

Sans jamais participer directement aux combats, Marc Aurèle par son énergie et son sens du devoir, dirige cependant personnellement la guerre sur le terrain. Après les campagnes contre les Parthes en Syrie, c'est vers les forêts de Germanie qu'il mène ses légions pour s'opposer aux incursions des tribus, elles mêmes bousculées à l'Est par les invasions barbares. Il dirige pendant plus de 10 ans, une guerre dans la région du Danube, alternant lescampagnes incessantes contre les Lazyges et les Marcomans.

A sa mort il confie l’achèvement des campagnes à son fils, le tyrannique Commode qui lui succède à la tête de l'Empire. A ce propos, l'historien Dion Cassius a écrit que Marc-Aurèle fut empoisonné sur ordre de son fils ambitieux. Cette hypothèse a été reprise comme thème principal du célèbre peplum "Gladiator" de Ridley Scott (2000).


Richard Harris, interprétant Marc Aurèle dans le peplum de Ridley Scott "Gladiator"

LE SAGE


Obéissant à ses devoirs d'empereur, le philosophe Marc Aurèle n'en a pas moins abandonné ses réflexions pendant les interminables et difficiles campagnes militaires sur les limes de l'Empire.

Son action et sa pensée cherchent une harmonie parfois difficile, mais où le principe de clémence par exemple domine les décisions du chef de guerre victorieux. "Si un homme est séparé d'un homme, il est séparé de la société (...) si tu le peux, instruis-le, et si tu ne peux l'instruire, souviens toi que la bienveillance a été donnée à l'homme pour ce cas"

Marc Aurèle laisse le souvenir d'un homme dominant sa colère, et menant une autocritique permanente, écartant ainsi l'orgueil loin de son trône. Il condamne tous les abus de supériorité et fonde son commandement sur l'exemplarité et la tolérance. 
Marc Aurèle le commandeur stoïcien, développe le principe de la "dignitas" que chaque homme possède, mais doit entretenir tout au long de sa vie à travers l'honneur et le prestige, au risque de la perdre (sans équivalence avec la définition de la "dignité" moderne) 

Marc Aurèle, par sa vie ou la définition littéraire de ses écrits, ne rentre pas dans la définition des philosophes classiques, mais il s'élève sans peine à leur plus haut niveau, par un humanisme et une tempérance exemplaires servis par un charisme naturel. 

"Réfléchis souvent à l'enchaînement de toutes choses dans le monde et à leurs rapports réciproques, elles sont pourrait-on dire entrelacées les unes aux autres et, partant, ont les unes pour les autres une mutuelle amitié, et cela en vertu de la connexion qui l'entraîne et de l'unité de la matière "

Ses "pensées pour moi même" sont un oasis de sagesse au breuvage reste toujours aussi frais pour l'esprit, malgré des siècles et des lectures innombrables... 

Erwan Castel, Cayenne le 17 mars 2014



« Que les dieux me donnent 
le courage de changer les choses que je peux changer,
la sérénité d’accepter celles que je ne peux pas changer,
et la sagesse de distinguer entre les deux.»

Marc Aurèle, "Pensées pour moi-même"


1 commentaire :

Les commentaires sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter cette règle.