dimanche 19 octobre 2014

Officiers !

OFFICIERS !
VOTRE CŒUR EST EN JOUE POUR LA RUSSIE ET LA LIBERTÉ

En Russie lorsqu'un chanteur rend hommage aux soldats de la nation, le peuple se lève avec lui et salue respectueusement le sacrifice de ses héros...

En France... "no comment" !

Aussi aujourd'hui lorsque j'entends cette chanson de Oleg Gazmanov, mon coeur bat aussi à l'unisson car mon regard se porte désormais vers le Levant de l'Europe où les valeurs sont conservées, respectées, aimées et défendues par les peuples libres du dernier empire fédéral...



Officiers !

"Messieurs les officiers, avec les accords de la foi,
Sur des nerfs tendus, je chante cette chanson,
A ceux qui, oubliant de faire carrière, ne s´émurent pas de leur sort,
En offrant leurs poitrines pour la défense de la Russie

A vous qui avez survécu à l´Afghanistan sans salir votre honneur,
Qui n´avez pas fait carrière sur le sang des soldats
Je chante pour les officiers, ayant eu pitié des mères,
Leurs rendant vivants, leurs enfants.

Officiers, officiers, votre coeur est en joue
Pour la Russie et la liberté jusqu´au bout,
Officiers, Russiens, que rayonne à nouveau la liberté,
Obligeant les coeurs à battre à l´unisson

Messieurs les officiers, comment épargner votre foi ?
Au-dessus des tombes ouvertes, vos âmes râlent
- Frères, qu´avons-nous fait, nous n´avons su les protéger,
Maintenant, leurs regards nous poursuivent à jamais.

De nouveau des gamins s´en vont, se dissolvant dans le couchant
La Russie les appelle, comme elle le fit souvent
De nouveau vous partez, peut-être, droit vers le ciel,
Du haut duquel vous nous pardonnez.

Où donc allez vous, peut-être, droit vers le ciel,
Du haut duquel vous nous pardonnez.
Officiers, officiers, votre coeur est en joue
Pour la Russie et la liberté jusqu´au bout,

Officiers, Russiens, que rayonne à nouveau la liberté,
Obligeant les coeurs à battre à l´unisson
Officiers, officiers, votre coeur est en joue
Pour la Russie et la liberté jusqu´au bout,

Officiers, Russiens, que rayonne à nouveau la liberté,
Obligeant les coeurs à battre à l’unisson

Traduction : Sarah P. Struve


LE CORBEAU NOIR


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter cette règle.