jeudi 17 mars 2016

Quand décadence rime avec renaissance

La gangrène brune d'une Europe asservie 

Unités paramilitaires du Secteur Droit, "Prayvi Sector" en Ukraine et "Parem Sektor" en Estonie

Lorsqu'une civilisation entre en décadence, elle cesse de progresser vers un inconnu désespérant, et, tournant en rond elle sombre généralement dans la tentation facile de revenir vers ses vieux démons...C'est le cas des européens noyés dans un système supranational dépendant d'un pouvoir étranger qui utilise la peur de l'autre pour asservir des foules en quête de n'importe quelle valeur rassurante... 

Ainsi voit-on resurgir dans les pays européens une frange de mouvements extrémistes qualifiés de "nationalistes" dont nombre d'entre eux, 70 ans après la fin de la guerre révèlent de fait une filiation idéologique surprenante et inquiétante avec une histoire criminelle nazie.

Ces néo-nazis qui jusqu'à présent rampaient dans une marginalité underground sans visibilité ni influence apparaissent désormais au grand jour, tenant meetings et rassemblements, défilant dans les rues des capitales européennes, quand ils ne jouent pas le premier rôle dans des révolutions colorées organisées par un Nouvel Ordre Mondial vampirique à la recherche de nouvelles proies.

Parmi les pays qui collaborent le plus à cette résurgence nazie en Europe on trouve les pays de la frange est-européenne, qui bien qu'ayant vécu sur leurs territoires les pogroms, les camps de concentration, les massacres perpétrés par les Einsatzgruppen etc... tolèrent le plus quand ils ne les favorisent pas directement, l'apparition de mouvements paramilitaires ouvertement néo-nazis.

Les pays baltes sont connus pour avoir soutenu le combat antibolchevique des divisions de waffen SS estoniennes ou lituaniennes notamment, et longtemps après la guerre où les partisans de ces dernières dans le cadre de la guerre froide bénéficiaient d'une indulgence des USA et même d'un soutien de la part de la CIA ("les frères de la forêt") 
En Estonie par exemple, ce ne sont pas moins de 80 000 hommes qui vont rejoindre les rangs des unités nazies, milices ou divisions SS locales.

Plus tard au moment de l'effondrement du bloc soviétique, le travail de dénonciation des crimes soviétiques par certain intellectuels et hommes politiques comme Vaklav Havel et qui les élèvent au même niveau que les crimes nazis a contribué autant à condamner les premiers que relativiser les seconds. 

Ces mouvements néo nazis qui fleurissent en Europe semblent surtout dynamisés dans le présent par une russophobie délirante héritée de l'Histoire du stalinisme, entretenue par la guerre froide et réactivée par une nouvelle confrontation contre la Russie  recherchée par les USA 

C'est le cas de l'Ukraine, dont le gouvernement a été l'objet d'un renversement violent issu d'une "révolution colorée" au cours de laquelle les néo-nazis militarisés ont été le fer de lance d'un coup d'état meurtrier.

Ces mouvements paramilitaires extrémistes ("Svoboda", l'ex parti socialiste-national ukrainien, "Prayvi Sector" etc...) devenus partis politiques participent même aujourd'hui au nouveau pouvoir kiévien et ce dans des postes très importants comme le Ministère de l'Intérieur dirigé par Andreï Paruybi (co-fondateur de Svoboda) par exemple et qui pilote l'opération anti terroriste menée contre la population russophone du Donbass (plus de 10 000 morts en 1 an et demi)

Arrestation de Graham Phillips le 16 mars à Riga
Ces néo-nazis désormais validés par les pouvoirs sont reçus en grande pompe dans les palais présidentiels des Etats occidentaux et de l'Union Européenne, et désormais ils sortent des égouts de l'Histoire pour parader dans les rues des capitales, et sous la protection de la police, comme ici à Riga, en Estonie, où elle a même procédé à l'arrestation d'un journaliste écossais, Graham Philipps qui s'intéressait de trop près à cette glorification du nazisme... 

On peut observer à travers cette renaissance des idéologies fasciste et nazie en Europe le symptôme d'un système à bout de souffle arrivant en fin de cycle et qui est prêt à tout pour tenter de prolonger encore un peu plus son existence. 
Et l'essence même de ce Nouvel Ordre Mondial est amorale car liée aux marchés financiers et donc ses pilotes n'ont aucun scrupule de s'allier avec des fanatiques meurtriers, en Libye, Syrie ou Ukraine du moment que cela serve les intérêts d'une ploutocratie mondialiste. 

L'argent n'a pas d'odeur !

Le sénateur étasunien Mac-Cain, porte parole de la politique étrangère menée par les néo-conservateurs étasuniens,
sur le Maïdan en février 2014, en compagnie du cofondateur du parti nazi Svoboda, Oleg Tiagnebok.
Donc, le plus inquiétant dans cette Europe hagarde, n'est pas cette renaissance des idéologies mortifères car c'est un symptôme logique d'une décadence majeure annonçant la fin d'un cycle anthropique, mais plutôt le crédit que l'élite politique leurs accorde rajoutant ainsi une dimension suicidaire aux changements qui s'annoncent...


Interview de Graham Phillips avec des néo nazis 
peu de temps avant son arrestation le 16 mars


Plus que jamais il est nécessaire de rééquilibrer notre appréhension du Monde et comme le préconisait Antonio Gramsci, d'opposer "au pessimisme de l'intelligence l'optimisme de la volonté." en commençant par refuser ce repli idéologique vers les charniers du passé.

Erwan Castel


Sources de l'article :


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter cette règle.